Archives mensuelles : mai 2021

Les Cafés philo et les ateliers d’ExpressionS*

Dans notre monde en évolutions de plus en plus rapides et perturbantes, personne ne peut demeurer indifférent, et l’ambition de chaque citoyen.e doit être de chercher à apprendre pour comprendre et entreprendre, au moins sa vie, dans les meilleures conditions de responsabilités, de liberté, de dignité, d’équité et de solidarité.

Notre richesse commune est dans la tolérance de nos différences, de nos diversités de penser et d’agir pour nous-mêmes, pour et avec les autres, dans nos environnements de vie choisis ou imposés.

Sans nous exprimer, nous laissons péricliter les bénéfices des savoirs et expériences que nous possédons toutes et tous, quels que soient notre âge, notre situation personnelle, professionnelle, sociale, économique, culturelle … .

De tout temps des savants, des philosophes, des maîtres à penser, d’autres, ont développés des intuitions, des idées générales parfois géniales, autant que particulières ou spécifiques, aussi difficiles à contester qu’à valider, aboutissant à une multitude de savoirs, de données, de théories et d’études difficiles qui mettent le citoyen.e, parfois, dans l’incapacité de choisir face au surplus d’informations, à la rapidité des communications, à la complexité des situations, dans toutes les composantes de la société, du territoire au monde.

Philosopher serait développer « l’amour de la sagesse », les questionnements, clarifier ses pensées, les connaissances à propos de l’existence de l’homme, c’est ce que je pense avoir compris, mais… je ne demande qu’à apprendre.

Dans un atelier d’ExpressionS, nous partons d’une idée, d’un fait, d’une situation personnelle, réelle, vécue que nous voulons échanger, parfois avec quelques difficultés, imperfections, ignorances, pudeur même, pour que la réciprocité nourrice notre compréhension afin d’approcher une ou quelques propositions qui pourront aller vers le mieux, ou le moins mauvais pour soi, pour une communauté de destin. Nous nous nourrissons de nos vécus.

Pour mener à bien mon idée de faire de mon temps de retraite une seconde carrière, j’ai développé les échanges réciproques de mes savoirs, expériences, ignorances, réussites comme échecs (ils sont souvent les meilleurs enseignements) envies, passions, espoirs… Je ne suis pas certain que des études de philosophie m’auraient amené au bonheur d’avoir, à ce jour, vécu cette première mi-temps de retraite 1997-2020, en tentant de susciter un mouvement citoyen visant à mettre en valeur les rapports entre quatre, cinq générations ; à changer les regards sur la société, sur le monde du travail qui demeure, même et surtout pour les retraités, un lien social et de formation permanente ; sur les différences humaines, sociales, politiques, économiques… dans le métissage des populations, de leurs cultures, pour la construction de la paix, le bien vieillir longtemps, car si cette volonté n’existait pas, je serais sans espoir d’une vie meilleure pour mes enfants, petits et arrière-petits-enfants, pour les plus jeunes générations. Que je sois considéré, ou non, comme aîné, senior, vieux, ancien … m’importe aucunement, je souhaite que ma famille, mes amis, soient heureux que nous vivions ensemble. « Ainsi va le monde » comme l’écrit mon ami Didier Martz philosophe. « Ainsi va le monde ici-bas. Le temps emporte sur son aile et le printemps et l’hirondelle, et la vie et les jours » a écrit Alfred de Musset

Vos critiques, remarques, suggestions, conseils … nourriront mon travail de retraité professionnel Merci.

Je demeure à votre disposition.

Pierre

* le E et le S volontairement