Archives mensuelles : juin 2021

Hier l’ordi, aujourd’hui Intelligence artificielle et robotique, et après-demain ?

Hier, fin du XXe siècle, quand j’ai terminé ma carrière professionnelle obligée, j’ai dû tenir compte de la place prise par les développements des appareils et technologies du numérique. Cette science du traitement automatique et rationnel de l’information considérée comme le support des connaissances et des communications. Le téléphone, la radio, la télévision, l’ordinateur et l’internet étaient devenus des « indispensables ». J’ai appris, autant qu’il m’était possible, à utiliser au mieux ces « outils ».

Durant ces vingt premières années de retraite 2000-2020, ceux-ci sont devenus de plus en plus présents dans ma vie de tous les jours. Outils de gestion de mon entreprise, ils l’ont été de mon temps d’apprentissage, de travail, de mes réflexions et actions, de mes loisirs …. Ils sont devenus des prothèses, car si j’en étais privés je serais incapable de chercher, classer, répertorier … les documentations dont j’ai l’usage. En 2000 en France pour une population de 60 millions d’habitants, nous comptons 6,3 millions d’utilisateurs d’internet, dans le monde 550 millions d’utilisateurs pour une population de 6 milliards. En 2020, 4,54 milliards d’internautes dans le monde, connectées plus de 6 heures par jour, plus de 5 milliards se connectent à partir de leur (s) smartphone (s). et 40% de la population mondiale ne serait pas encore connectés Des chiffres qui me questionnent : quelles répercussions sur nos relations ? sur notre long temps de vieillissement ? quelles limites ? …

Demain 2020-2040, je suis incapable de me prononcer sur ce que sera ce monde. Aussi j’ai choisi, de recopier les lignes ci dessous qui m’ont semblé reprendre les divers documentations dans mes livres et sur les sites d’internet … bien entendu.

Le monde en 2040 vu par la CIA – Central Intelligence Agency- Un monde contesté Pior Smolar*

Ce rapport** 2021, qui envisage le monde de 2040, était très guetté dans le contexte éprouvant du Covid-19. Il annonce des bouleversements, en une génération, comme aucune autre n’en a vécu jusqu’alors dans l’histoire de l’humanité : dans le domaine du climat, de la connectivité, de la biotechnologie, de l’intelligence artificielle. Il dessine aussi des sociétés plus fragmentées, sous tension, confrontées à des menaces et des enjeux sans frontières. Un monde contesté se dessine où la confiance entre gouvernants et gouvernés sera sérieusement ébranlée. Comment les sociétés affronteront-elle le vieillissement de leur population ? Comment résisteront-elles à la pression migratoire ? Au manque d’eau ? Pourquoi la jeunesse risque-t-elle de connaître des troubles mentaux aigus ? La technologie pourra t-elle atténuer les effets du changement climatique ? Quels seront les pays qui détermineront la marche des prochaines décennies ? Une renaissance démocratique est-elle possible ?

Retraité, professionnel comme je souhaite le demeurer, j’ai conscience de participer à ce monde par mes choix de modes, conditions et environnements de vie, contraints ou imposés. Je me dois de demeurer responsable et par conséquent en devoir d’apprendre pour comprendre et entreprendre ces prochaines décennies en partageant mes relations familiales et amicales, mes réussites comme mes échecs, mes envies, mes passions, mes projets … en participant à toutes les rencontres, en présentiel ou en virtuel, effet de ce temps présent, qui me seront ouvertes.

Vos remarques, suggestions, critiques, conseils … me sont précieux, indispensables, ils nourriront mon travail pour anticiper les meilleurs situations capables de construire ces vingt prochaines années de bien vieillir longtemps dans un monde où nous sommes toujours plus nombreux et plus âgés.

Une participation commune partagée, par exemple ?

Pierre Caro

retraité professionnel

*Piotr Smolar, journaliste au Monde, est spécialiste des relations internationales, ancien correspondant en Israël, actuellement en charge de la diplomatie depuis 2019.

** – Ce rapport a été rendu public le 8 avril aux Etats-Unis. Depuis 2013, les Éditions des Équateurs publient le rapport du National Intelligence Council.