Archives de catégorie : Solidarité

Me conduire en qualité de retraité professionnel !

« Nous ne pouvons pas résoudre nos problèmes avec la même pensée que nous avons utilisée lorsque nous les avons créés » Albert Einstein

Je ne pouvais, ne voulais pas aider l’autre, savoir ou faire à la place. Je veux, simplement, l’accompagner, l’écouter, aujourd’hui, pour être et faire avec, dans son parcours, en le laissant libre de la route qu’il ou elle choisit en conscience.

Gandhi disait « Tout ce que vous faites pour moi, mais sans moi, vous le faites contre moi »

C’est pourquoi je développe mes engagements comme durant mes quarante années de carrière obligée, en qualité de « professionnel » responsable dans des compétences sans cesse remises en cause – c’est l’apprentissage tout au long de la vie – parce que mes idées, mes projets, mes environnements changent, évoluent, me changent ! Je veux demeurer le professionnel responsable dans une conduite éthique et déontologique, qui fait avec les autres.

Le monde du travail ne me quitte pas. Comment pourrais-je l’ignorer en regardant les jeunes générations dans leurs parfois difficiles vécus de carrière ? Comment l’ignorer en prenant conscience des modes, conditions, environnements, que ces mondes de productions, commercialisations, informations, formations … m’imposent dans mes choix de vie ? Tout simplement, aussi, parce qu’il nourrit ma pension de retraité !

Conscient, avec certaines expériences vécues, je sais que, faute de comprendre, de plus en plus de personnes ne participent plus, s’éloignent, s’isolent … l’isolement des aînés est un problème mondial, il faudrait en chercher les vraies causes avant de mettre en place des plans sociaux qui parfois ajoutent à la misère sociale ! C’est donc l’une de mes premières préoccupations, l’un de mes premiers slogans : « apprendre pour comprendre et entreprendre ».

C’est mon engagement actuel pour l’ouverture d’un « Pôle santé, environnement, société ». J’ai choisi d’y développer des « ateliers d’expressions ». Ateliers de rencontres où, pour faire simple, chacun met au pot commun idées, envies, passions, déceptions, espoirs …, et échanges en réciprocité, savoirs et expériences, réussites comme échecs.

Naturellement, chacun repart avec une réponse … souvent des interrogations, parce qu’il, elle, aura acquis de nouvelles connaissances, parfois seulement découvert le bon sens … et l’envie de s’exprimer davantage en discussion dans une prochaine rencontre. Si j’ai semé quelques graines durant une rencontre, je dois en surveiller la levée, supprimer aussi vite que possible les mauvaises herbes, qui ne se jettent pas, mais servent de compost.

Retraité professionnel, je suis heureux de mener cette seconde carrière 2000 – 2040.

Pierre

retraité professionnel

Grandir … pour vieillir et mourir … quel parcours !

« vivement que je sois grand » laquelle, lequel d’entre nous n’a pas formulé ce vœux ?

Être grand c’est décider de faire ce que l’on veut sans l’avis des autres. Eh oui, mais la société est composée des autres qui ont également des prétentions de devenir grandes et grands.

Alors partageons ? Mais là aussi il y a des plus grands … qui s’imposent avec davantage de besoins ou/et de prétentions … de force !

Arrive le moment où l’on a grandi à un tel point que l’âge vous colle davantage à la peau, quand on vous annonce que vous entrez dans le club des grands-parents, puis celui des arrière grands-parents … les états de santé, d’autonomie et bien être, marquent le nombre des années passées.

Dans les mêmes temps, les copains et copines de boite vous « récompensent » pour votre âge en vous offrant un cadeau de départ … après quarante deux ans de carrière, où vous avez donné une grande part de votre vie. Vous quittez le monde du travail pour celui des retraités.es … autant dire le monde des vieux, seniors, aînés et autres « surnoms » en vogue dans les rencontres … .

Demeurant à la maison vous avez la charge de vider chaque jour votre boite à lettres emplie d’enveloppes et journaux vous invitant à contrôler vos placements et assurances, la douche … important de changer la pomme, les nouvelles ont davantage de trous … , mais aussi votre ouïe, votre vue, vos dents, vos cheveux … et tout le reste de votre corps, qui ne se porte pas trop mal dans sa neuvième décennie … parce que vous avez fichu ces courriers directement dans le sac à papiers à porter à la déchetterie …

Alors le dire c’est bien … mais le fer c’est mieux car ne dit-on pas : une santé de fer ?

Alors l’eau de vie OUI …. grandir NON … c’est MORTIFÈRE …. !

Amitiés à toutes et tous

Pierre

Climat, vaccin … et délinquance !

Prévenir ne suffit pas, parfois cela est pire que de découvrir soit même. Souvenez-vous des premières consignes : ne touche pas aux allumettes, ne montre pas tes fesses, ne frappe pas, ne touche pas à ça … des interdits qui nous donnent envie d’essayer tout de même … de ne pas y croire … pour qui nous prend-on ?

Ce sont les délinquants, conscients ou non, qui, en transgressant, obligent la société à créer le droit et la législation pour la paix et la sécurité en toute situation et tout lieu. Pour faire simple, SI nous apprenions et comprenions nos intérêts communs, persuadés de leur bien-fondé puisque conseillés par des professionnels.les, et/ou des élus.es, de nombreux conflits seraient évités, beaucoup d’entre nous seraient plus sensibles à partager savoirs et expériences pour un mieux.

Je suis inquiet par le fait de ne plus reconnaître « l’ivraie du bon grain » dans mes rencontres, lectures, visioconférences et autres outils à ma portée, tant la foultitude d’annonces contradictoires -confirmées et sitôt infirmées, plusieurs fois émises de façon emphatique par des « gens compétents »- ruine ma confiance.

Je suis inquiet aux annonces de catastrophes climatiques tels incendies, inondations, vagues de chaleur … ayant pour causes les dérèglements climatiques. N’est-ce pas parce que depuis la fin de la deuxième guerre mondiale, dans nos pays riches, nous ne manquons de rien ? Que depuis nous sommes « entraînés » vers toujours plus de consommations pour « utiliser » nos productions qu’elles soient nécessaires, indispensables ou de confort …, alors qu’une partie du monde voit ses populations manquer d’eau, de nourriture, d’éducation, de formation, de travail pour assurer la liberté et la dignité, pour vivre en paix et dignité, préparer un long temps de vieillissement ?

Je suis inquiet lorsque j’apprends qu’aujourd’hui 29 juillet que nous avons consommé toutes les ressources que la planète est capable de produire en un an !

Je suis inquiet de ne plus comprendre les relations de paix de mon territoire à celui le plus éloigné, le plus différent … parfois ce ne sont pas les distances qui causent problème, mais la gouvernance de nos sociétés.

Tant que la loi, le droit, l’éducation, l’éthique, la punition, la répression n’atteignent pas leur perfection, les délinquants obligeront aux contraintes. Et si nous ne sommes plus en mesure de comprendre nous allons vers une nouvelle pandémie : l’idiosyncrasie 2020* … qui nous séparera depuis les plus simples relations à nous même, à la protection de notre santé et bonheur de vivre, envers nos environnements, envers la société.

J’aimerais éviter. Aussi je vous invite à me faire savoirs vos remarques, suggestions, critiques, conseils … pour nourrir ma nouvelle initiative :

un lieu « Pôle bien vivre : santé, environnements, société ».
Des ateliers d’apprentissages, autoanimés par les partages d’échanges en réciprocité des savoirs, expériences, recherches et développements, des pratiques de santé et de bien-être, avec à la base zoo, musico, lumino, phyto …. thérapie voire écriture, lecture, théâtre de rue et/ou d’expressions …

Je vous souhaite de bonnes vacances … Ne prenez jamais votre retraite, vous n’y aurez plus droit, pas plus qu’aux RTT, arrêts maladie, congés paternité … mais vous serez votre propre patron dans un très long temps de vieillissement heureux.

Amitiés à toutes et tous
Pierre

Retraité professionnel

* Manière d’être particulière à chaque individu qui l’amène à avoir tel type de réaction, de comportement qui lui est propre.

La retraite de mes arrière petits-enfants : 2080-2130 !

« C’est fou de penser aussi loin » je suis d’accord, mais les conditions de leur retraite sont fonction de leurs éducation et formation dans les années prochaines, qui détermineront en partie les éléments de leur carrière 2030-2080, qui conditionnera leur état de santé et le montant de leur pension durant leur retraite 2080-2130, dont dépendront leur envie, leurs projets, leur bonheur de vivre bien et le plus longtemps possible … à condition que les politiques, en France, en Europe, dans le monde, soient conduites en suivant, par exemple, l’agenda 2030 des 17 Objectifs de Développement Durable qui sont censés couvrir l’intégralité des enjeux de développement dans tous les pays, tels que le climat, la biodiversité, l’énergie, l’eau, la pauvreté, l’égalité des genres, la prospérité économique ou encore la paix, l’agriculture, l’éducation, etc.

Mes parents m’ont appris que le travail était une nécessité, une utilité non seulement pour gagner ma vie, mais pour développer tout au long de celle-ci, des savoir-être, savoir-faire et savoir partager les richesses des différences avec les autres, me socialiser… pour devenir un homme responsable dans une conduite de vie à transmettre à mes enfants et leurs enfants… ils ignoraient que je pourrais être le patriarche de cinq générations… eux ne connaissaient que leurs parents, peu d’années, et leurs enfants.

Les sciences et les technologies ont fait un monde nouveau où le travail pénible doit être effectué par des machines, ou les avions nous transportent à l’autre bout de la terre, où rien ne manque pour nos besoins indispensables et superflus… sauf que, comme dans toute médaille il y a un revers : les moyens d’information et communication, les outils numériques… influencent les choix de modes, conditions et environnements de vie… parfois sans notre consentement conscient ! Et peut-être ce sera encore plus compliqué pour les générations plus jeunes si aujourd’hui nous n’y réfléchissons pas.

Aussi, grand et arrière-grand-père, je dois montrer à mes petits et arrière-petits-enfants que, retraité bénévole, je demeure toujours responsable dans mes engagements et donc je dois garder, voire développer en permanence, ma déontologie de professionnel… être connu et reconnu comme tel dans une société de plus en plus complexe, dans ma volonté d’apprendre pour comprendre et entreprendre … face aux irrémédiables changements de la vie. Demeurer présent le plus longtemps possible, autonome et prêt à échanger avec eux, en réciprocité, pour notre enrichissement commun.

Je dois leur montrer l’espoir que je mets en eux, en la société … pour après demain.

Vos remarques, suggestions, critiques … nourrissent mon travail Merci.
Pierre

retraité professionnel

Les Cafés philo et les ateliers d’ExpressionS*

Dans notre monde en évolutions de plus en plus rapides et perturbantes, personne ne peut demeurer indifférent, et l’ambition de chaque citoyen.e doit être de chercher à apprendre pour comprendre et entreprendre, au moins sa vie, dans les meilleures conditions de responsabilités, de liberté, de dignité, d’équité et de solidarité.

Notre richesse commune est dans la tolérance de nos différences, de nos diversités de penser et d’agir pour nous-mêmes, pour et avec les autres, dans nos environnements de vie choisis ou imposés.

Sans nous exprimer, nous laissons péricliter les bénéfices des savoirs et expériences que nous possédons toutes et tous, quels que soient notre âge, notre situation personnelle, professionnelle, sociale, économique, culturelle … .

De tout temps des savants, des philosophes, des maîtres à penser, d’autres, ont développés des intuitions, des idées générales parfois géniales, autant que particulières ou spécifiques, aussi difficiles à contester qu’à valider, aboutissant à une multitude de savoirs, de données, de théories et d’études difficiles qui mettent le citoyen.e, parfois, dans l’incapacité de choisir face au surplus d’informations, à la rapidité des communications, à la complexité des situations, dans toutes les composantes de la société, du territoire au monde.

Philosopher serait développer « l’amour de la sagesse », les questionnements, clarifier ses pensées, les connaissances à propos de l’existence de l’homme, c’est ce que je pense avoir compris, mais… je ne demande qu’à apprendre.

Dans un atelier d’ExpressionS, nous partons d’une idée, d’un fait, d’une situation personnelle, réelle, vécue que nous voulons échanger, parfois avec quelques difficultés, imperfections, ignorances, pudeur même, pour que la réciprocité nourrice notre compréhension afin d’approcher une ou quelques propositions qui pourront aller vers le mieux, ou le moins mauvais pour soi, pour une communauté de destin. Nous nous nourrissons de nos vécus.

Pour mener à bien mon idée de faire de mon temps de retraite une seconde carrière, j’ai développé les échanges réciproques de mes savoirs, expériences, ignorances, réussites comme échecs (ils sont souvent les meilleurs enseignements) envies, passions, espoirs… Je ne suis pas certain que des études de philosophie m’auraient amené au bonheur d’avoir, à ce jour, vécu cette première mi-temps de retraite 1997-2020, en tentant de susciter un mouvement citoyen visant à mettre en valeur les rapports entre quatre, cinq générations ; à changer les regards sur la société, sur le monde du travail qui demeure, même et surtout pour les retraités, un lien social et de formation permanente ; sur les différences humaines, sociales, politiques, économiques… dans le métissage des populations, de leurs cultures, pour la construction de la paix, le bien vieillir longtemps, car si cette volonté n’existait pas, je serais sans espoir d’une vie meilleure pour mes enfants, petits et arrière-petits-enfants, pour les plus jeunes générations. Que je sois considéré, ou non, comme aîné, senior, vieux, ancien … m’importe aucunement, je souhaite que ma famille, mes amis, soient heureux que nous vivions ensemble. « Ainsi va le monde » comme l’écrit mon ami Didier Martz philosophe. « Ainsi va le monde ici-bas. Le temps emporte sur son aile et le printemps et l’hirondelle, et la vie et les jours » a écrit Alfred de Musset

Vos critiques, remarques, suggestions, conseils … nourriront mon travail de retraité professionnel Merci.

Je demeure à votre disposition.

Pierre

* le E et le S volontairement

Partager pour nous enrichir

Vous savez mon engagement de retraité professionnel depuis quelques mois, pour l’ouverture d’un centre de réinsertion des personnes emprisonnées pour une longue peine. Cette initiative veut créer un lieu en milieu rural pour accueillir des volontaires pour un retour dans la société par un sas d’intégration d’un an. Ce lieu est voisin de mon habitation. www.fermedekermadeleine.com

La ferme de Moyembrie fonctionne depuis 20 ans fermedemoyembrie.fr

Voici mes dernières lignes suite à notre rencontre du week-end.

Les cassures de vie ne sont ni faciles ni aisées à aborder, et souvent, moins encore, à réparer. Pourtant elles appartiennent au parcours de chaque citoyen* comme à la gouvernance des États, des régions, des territoires. Nous nous étions fixé un temps de rencontre pour apprendre en échangeant nos idées, nos savoirs, nos expériences, nos engagements personnels et collectifs, nos certitudes et nos doutes, nos espoirs nos craintes, voir nos peurs. Mais nous avions également comme intention de pré-construire quelques propositions, d’émettre quelques objectifs et projets en matière de réinsertion de personnes dans notre commune, quasi en qualité de voisins, en fin de longue peine de prison. Dans notre pays démocratique des Droits de l’homme, ces personnes condamnées par la justice de notre pays à effectuer une peine d’emprisonnement de longue durée, doivent retrouver leurs droits, leur liberté de penser et de s’exprimer à la fin de leur peine. Tout comme après un grave accident ou une longue maladie, lorsque nous sommes éloignés de la société qui continue d’évoluer, un temps de convalescence est nécessaire, indispensable afin de retrouver ou reconstruire nos repères. Le programme de Ker Madeleine offre un lieu ouvert sur le milieu rural pour retrouver un équilibre au sein d’un groupe structuré, organisé dans un encadrement professionnel adapté pour une réaptitude progressive au travail, à la responsabilité, aux respects des relations à soi-même et aux autres, aux lois, règles, usages… en vigueur dans la société du XXIe siècle. Dans ce temps, semblable à une « convalescence », pour continuer le parallèle fait avec la maladie, le rétablissement sera d’autant mieux réussi qu’il aura été favorisé par les relations avec les voisinages. Tout pareil comme la famille et les amis rendent visite, nous devrons être présents pour un rétablissement réussi.
Pierre retraité professionnel
* citoyen et citoyenne pour l’ensemble du texte

Petite histoire personnelle

Mes amis

Je suis engagé auprès du Groupe Compte Carbone : www.comptecarbone.org, Contact@comptecarbone.org. Pierre Calame a mieux précisé comment organiser les quotas échangeables dans son livre de 2018 « Petit traité d’oeconomie ». En janvier 2020, il a affiné le processus dans son livret « l’allocation à tous de quotas négociables ». Les Assises du Compte Carbone se réunissent durant 8 jeudis de 18 heures à 20 heures. Prochaine le jeudi 4 mars. Ouvert à toutes et tous, gratuit, rejoignez-nous.

Suite à la 3e rencontre jeudi 25 février 2021, voici quelques lignes pour échanger.

Petite histoire personnelle

Je suis né parfait … (18 avril) et ma vie a commencé à la première inspiration d’air dans mes poumons. Ce travail a mis en état de fonctionnement quelque quarante mille milliards de cellules qui se sont entendues pour gérer des milliers de réactions chimiques à la seconde (1). Je reconnais avoir la grande chance d’aucune anomalie dans ce fonctionnement… depuis 82 années.

Comment ma vie de retraité peut participer au bien-être de mes enfants, petits et arrière-petits-enfants, à celle des générations futures.

L’Organisation des Nations Unies propose 17 Objectifs de développement durable à réaliser avant 2030. « Les 17 objectifs de développement durable sont la vision de l’humanité que nous partageons et un contrat social entre les dirigeants du monde et les peuples … C’est une liste de mesures à prendre pour le bien de la planète et de ses habitants » a déclaré le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon.

Je me rends compte combien il m’est difficile de donner une priorité, incapable que je suis de les entreprendre tous faute de connaissances, d’expériences, d’intérêt personnel parfois, de mes environnements de vie…

Trois éléments : l’air, l’eau, la terre ; et trois conditions d’environnement : lumière, température, et relations aux autres, me semblent indispensables, nécessaires et obligés… en fait, des « biens communs » dont chacun et tous sommes propriétaires de leur usage et entretien dans les meilleures conditions possibles de développement.

Je vais donc continuer d’assumer mes responsabilités de citoyen retraité, en m’interdisant de polluer, l’air, l’eau, le sol de mon jardin, en aérant et laissant la lumière pénétrer ma maison, en limitant à 18 degrés la température et porter un pull-over, si besoin.

En équilibrant mes mode, condition et environnement de vie dans l’harmonie de mes relations familiales et amicales, de mes loisirs et repos, et dans un temps de travail sur les rôles et places possibles des retraités dans une société mondiale où nous sommes toujours plus nombreux et plus âgés… « Bon Dieu… mais c’est bien sûr ! » comme disait le commissaire Bourel (2)… je vais apporter ma modeste contribution à promouvoir la prospérité en protégeant la planète, en participant à lutter contre la pauvreté, en accompagnant à la bonne santé pour bien vieillir longtemps, en aidant à l’éducation et la formation, en défendant les protections sociales et la dignité du travail pour tous, en même temps que l’égalité des chances, la justice et la paix.

Prenez soin de vous, de vos proches, de vos environnements de vie … et vivez pour une passion, une envie, un projet de retraite qui soit choisi, appris, compris et entrepris avec bonheur… c’est le meilleur vaccin que j’ai trouvé contre un vieillissement trop rapide.

Amitiés … et à votre disposition pour des échanges de bonnes pratiques …

Pierre
retraité professionnel

(1) GIORDAN, André, Le corps humain, la première merveille du monde, Lattés, 1999.

(2) Raymond Souplex dans Les Cinq Dernières Minutes, série télévisée 1958-1973.

Carrière, retraite et long vieillissement

Au cours de ces vingt premières années de retraite, je pense avoir compris qu’un lien insécable existe entre le déroulement de la carrière qui détermine les conditions de la retraite, celles-ci engendrent, en partie, l’état physique, intellectuel et moral d’envie de vivre bien et longtemps citoyen.e responsable dans la société. Un accident est toujours un aléa possible.

Retraité, j’ai souhaité demeurer intégré au monde du travail en qualité de professionnel, bénévole, apprenant permanent, dans un travail déontologique (devoir) et éthique (comportement) pour mes engagements choisis, appris et entrepris en retraité citoyen responsable.

Or les effets de la pandémie, que nous connaissons depuis 2019, bouleversent nos conditions de vie familiale et amicale, de loisirs et repos, du monde du travail.

Nos parents pouvaient choisir de profiter des bénéfices de leur carrière pour quelques années de retraite dans un temps de repos bien mérité. S’ils étaient la seule génération en situation de retraite, aujourd’hui les retraités, le plus souvent, ont leurs parents, parfois, et de plus en plus, leurs grands-parents (surtout leurs grands-mères). Nous pouvons espérer notre dernier tiers de vie 60/90 ans possible, 65/100 ans et plus probable demain … en bonne santé et autonomes pour une grande majorité d’entre nous.

Nous ne pouvons pas vivre heureux sachant que nos enfants, petits-enfants réalisent leur carrière dans un monde du travail profondément touché et désorganisé par la pandémie depuis 2019. Les bouleversements humains, économiques, sociaux, de droits au travail, de santé, d’habitat, d’alimentation, d’habillement, d’éducation et formation, culturels, d’environnements … les moyens de subsistance et de bien-être sont en grandes difficultés.

Gouvernements, chefs d’entreprises, travailleurs de tous niveaux hiérarchiques, société civil – à laquelle nous appartenons en qualité de retraités- avons une place et un rôle essentiels pour garantir la sécurité des personnes, la viabilité des entreprises et des emplois, le bien vivre en commun.

Janvier 2021, 93 pour cent des travailleurs à travers le monde habitent dans des pays dans lesquels la fermeture des lieux de travail persiste sous une forme ou sous une autre. Les prévisions économiques du Fonds monétaire international (FMI) d’octobre 2020, on s’attend à une baisse persistante de 3 pour cent des heures de travail en 2021 si l’on compare au quatrième trimestre 2019, ce qui équivaut à 90 millions d’emplois à temps plein Chiffres OIT.

Le monde du travail se modifie par les pertes massives d’emplois dans les secteurs les plus touchés (par exemple les activités d’hébergement et de restauration, les arts et spectacles, le commerce et la construction) et la croissance positive de l’emploi est évidente en ce qui concerne les secteurs des services hautement qualifiés (par exemple l’information et la communication ainsi que les activités d’assurances et financières). Les pertes en «revenus du travail après les mesures de soutien» ont été relativement plus importantes pour les jeunes travailleurs, les femmes, les travailleurs indépendants ainsi que pour les travailleurs faiblement ou moyennement qualifiés.

Nous sommes une grande majorité de retraités.es, engagée dans les associations, organisations qui développons des activités bénévoles d’accompagnements dans tous les domaines de la vie de société.

Nous devons demeurer engagés pour soutenir une reprise économique qui soit robuste et élargie, ciblée sur l’emploi, le revenu, le droit du travail et le dialogue social, c’est-à-dire une reprise centrée sur les femmes et les hommes de tout pays, car c’est ensemble que nous réussirons une société de paix et de bonheur pour le plus grand nombre, sans quoi ! ! ! je n’ose penser autrement.

Je suis convaincu que nous ne pouvons nous développer qu’en apprenant pour nous donner les capacités et moyens de choisir nos modes, conditions et environnements de vie.

Je vous propose un atelier citoyens pour apprendre ensemble par nos échanges de savoirs et d’expériences, afin de demeurer des acteurs de propositions à construire avec les générations plus jeunes. Ils sont notre raison d’envie de vivre … dans nos vieux jours.

Vous pouvez me contacter quand vous le souhaitez, ou pouvez. Merci.

Pierre Caro retraité professionnel, retraite et long vieillissement 02 28 54 94 76 ; pierrecaro@aol.com.

Le territoire : une première valeur !

L’Association A6 engagée auprès du groupe de travail Compte Carbone www.comptecarbone.org, invite les personnes intéressées à rejoindre les rencontres en visioconférences, la première le 11 février à 16h, que nous démarrons avec une première séance de 16 à 17h30 (les huit jeudis suivants seront 18-20h). Cette première séance lancée par Pierre Calame réunira Jean Jouzel (glaciologue et climatologue, ancien vice-président du GIEC), Christian de Perthuis (fondateur de la chaire Économie du climat, auteur du « Tic-tac de l’horloge climatique »), Corinne Le Quéré (climatologue, présidente du Haut Conseil pour le Climat), Arnaud Leroy (président de l’ADEME) et Jérôme Boutang (directeur général du Citepa). Les intervenants répondront en direct sous l’animation d’Olivier Pastor et répondront aussi aux questions du Forum qui suivra.

Le fil conducteur de ces débats est la question de garantir le respect de l’Accord de Paris 2015 en sélectionnant les dispositifs capables d’engagement de résultat. Notre mécanisme de quotas individuels nous parait le mieux placé, à discuter…

Inscrivez vous à partir de www.comptecarbone.org

Échangeons pour partager afin de multiplier nos richesses pour apprendre, comprendre et entreprendre sur notre territoire de vie.

Pierre

Changement, transformation ou/et métamorphose ?

S’il est un fait qui a bouleversé le monde tout autant que les événements les plus tragiques que nous connaissions de l’histoire, c’est la pandémie du Covid-19, 2019-2020 …

La seule certitude que je m’accorde, en matière de santé, c’est de penser qu’octogénaire je me porte physiquement, psychiquement et mentalement bien pour entretenir, voir développer mes relations, mes activités professionnelles et de loisirs, et demeurer autonome. Pour dire que j’ignore tout des virus et autres éléments des maladies, je fais confiance aux professionnels.les.

Lorsque les enfants grandissent nous disons couramment qu’ils changent ; ados, ils se transforment. Durant notre vie d’adulte, au long d’une carrière professionnelle, en principe, nous évoluons !

L’entrée en situation de retraite nous métamorphose, de professionnel.le, en général, on devient, et nous n’avons aucun recours, sexagénaire, puis, régulièrement, septuagénaire, octogénaire, nonagénaire et centenaire, voir super centenaire* … le nombre des années passées serait devenu plus important que les meilleurs diplômes, expériences ou richesses absolument pas indispensables pour continuer la vie.

Devenu papillon en 1997, je ne me suis pas attardé sur mon passé. Trente, quarante années et plus pouvaient m’être offertes si je prenais soin de ma santé, des bonnes relations aux autres, et si, par mon travail, je développais mes moyens et capacités de choisir mes modes, conditions et environnements de vie.

Je pouvais cesser de ramper, je volais et découvrais que personne ne me demandait mon âge lorsque j’expliquais ma deuxième carrière en qualité de retraité professionnel, chercheur autodidacte pour construire « le long vieillissement dans une société mondiale où nous sommes toujours plus nombreux et plus âgés »

En fait je suis ce que je fais … et serai, peut être vieux, senior, âgé ou autre seulement à mon dernier jour.

Il me suffit de partager mes engagements professionnels responsables, solidaires et durables pour les multiplier au profit du plus grand nombre, pour une société mondiale de paix et de bonheur.

Changement, transformation, ou/et métamorphose, si les mots ont leur importance, les partager doit nous éviter bien des maux.

Amitiés à toutes et tous

Pierre

retraité professionnel

– quelques notes de lecture

*En France, 8000 centenaires ont souhaité l’entrée dans le troisième millénaire, ils ont donc connu les IXXe, XXe et une partie du XXIe siècle. Ils étaient une centaine en 1901 ! Après 110 ans, ceux que l’on appelle les « supercentenaires » sont quasiment tous des femmes. En 2019, il y avait 21.000 centenaires en France, en 2070, nous pourrions en compter 270 000.