De l’École à la Formation* tout au long de la vie !

Dans « Une école qui peut mieux faire » Monique Canto Sperber** écrit : «…  L’autonomie scolaire peut être une solution pour renouveler l’école française. L’enjeu est de taille : recréer un système éducatif qui favorise la croissance, renforce la cohésion sociale et crée aussi l’espoir en l’avenir ».

Mon travail de réflexions et actions sur les conséquences d’un long temps de vieillissement dans le monde, depuis 1997, confirmé par ma situation actuelle d’octogénaire, m’ont appris, entre autres connaissances, que pour bien vieillir longtemps il fallait prendre soin et conserver une bonne santé, avoir une capacité d’autonomie responsable pour un projet de vie qui anticipe, au mieux, les risques possibles «  Le risque est devenu la mesure de notre action, il est une transformation de la modernité » selon Ulrich Beck (1944-2015)

L’École a été importante en décidant d’une part de mes apprentissages futurs, ceux de ma formation professionnelle et, tout au long de ma carrière, dans une formation continue. Elle est depuis mon entrée en situation de retraite, formation permanente pour demeurer, le plus longtemps possible en mesure d’assumer mes engagements de citoyen âgé responsable, en continuant d’apprendre par les échanges de savoirs et d’expériences de chaque jour.

J’ai pris conscience combien transmettre est la possibilité de partager. Il ne s’agit plus de savoir, mais de capacité à « mettre en jeu » mes acquis afin de les enrichir par les partages avec toutes les différences qui sont nos richesses communes, celles qui font société.

Celles d’une société mondiale ouverte où chaque citoyen doit pouvoir entrer sur la scène publique avec le droit au respect dans le dialogue, dans la réalisation de son projet de vie aujourd’hui entre quatre, cinq générations dans le métissage des populations et de leurs cultures.

Je vous ai fait part de mon projet d’ouverture d’une « Chaire citoyenne  » Il ne s’agit plus des seuls savoirs universitaires indispensables, mais d’acquérir l’esprit critique afin de demeurer en capacité d’apprendre pour comprendre et entreprendre les politiques – manières de gouverner – de nos sociétés dans ce XXIe siècle où nous sommes toujours plus nombreux et plus âgés, au moins pour les décennies prochaines.

Ce temps où j’ai le devoir de comprendre les évolutions climatiques actuelles sur une terre dont les surfaces habitables, diminuent, où les ressources naturelles s’épuisent chaque année plus tôt, le 28 juillet pour 2022. Une société où le mal de vivre de nombreux humains augmente à mesure que les progrès se développent. C’est ma génération qui a créé, en partie, cet état général mondial. Je me sens responsable d’entreprendre auprès des générations plus jeunes de partager ce que nous avons réussi afin qu’ils les développent, et nos échecs afin qu’ils ne les reproduisent pas.

Le territoire est la base des projets à taille humaine qui doivent être menés par et pour toutes les populations.

J’ai beaucoup de choses à apprendre pour continuer à comprendre, et assumer correctement mes engagements de citoyen âgé responsable. Voulez-vous partager avec moi, retraité professionnel, au moins les quinze prochaines années de ma seconde carrière 2000-2040 ? Voulez-vous faire de votre long temps de retraite et vieillissement un projet pour « recréer un système éducatif et de formation permanente, qui favorise la croissance, renforce la cohésion sociale et crée aussi l’espoir en l’avenir » ?

Je demeure à votre disposition

Pierre Caro

retraité professionnel, retraite et long vieillissement.

* les majuscules sont volontaires pour marquer l’intérêt que je porte

** Une école qui peut mieux faire. L’autonomie pour un meilleur système éducatif, Albin Michel, 2022.
Monique Canto Sperber, philosophe, directrice recherche CNRS, ancienne directrice ENS…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Résoudre : *
28 − 20 =