Réussir sa vie(1) !

Octogénaire il est temps que j’y pense, quoique, durant les deux ou trois décennies prochaines je peux m’engager à faire mieux. En bonne santé, entouré de relations familiales et amicales, quelques moments de repos et loisirs, un temps de travail choisi, appris, compris et entrepris avec plaisir, voire passion, une vie simple, un point c’est tout.

Un petit souci tout de même : je ressens de plus en plus de difficultés à comprendre ce qui se passe autour de moi. Je fais le triste constat que mes lectures, quelques cours suivis sur les formations universitaires numériques, les échanges dans les rencontres pratiquement toutes virtuelles pour cause de pandémie, le déroulement de ma seconde carrière … ne me permettent plus de comprendre une part des évolutions de cette société.

L’ignorance nous empêche de comprendre et donc de participer avec les connaissances nécessaires, indispensables à cette société de plus en plus compliquée (difficile à comprendre) et complexe (de nombreux éléments)

Dans mes premières leçons d’écolier, j’ai appris que l’ignorance était une calamité, qu’il fallait apprendre pour comprendre les développements des sciences et des technologies, qui allaient nous rendre la vie plus agréable. Si nous avons beaucoup appris, vécu des expériences, nous n’avons pas tout bien compris puisque des millions d’êtres humains sont encore victimes de la faim, de maladies, de violences, du manque de relations … dans un monde devenu un grand village tant les voies de communications se sont développées.

Alors que nous imaginons de plus en plus, que nous créons toujours davantage de choix, je pense que nous perdons la capacité d’attention à ce qui serait le mieux pour nous même, pour tous. Il me semble que du simple pékin comme moi, aux plus hautes autorités politiques, nous perdons le contrôle des situations de tous les jours … nous sommes incapables d’anticiper, de prévenir pour protéger.

Lorsque je vois arriver, de loin, les développements des sciences du numérique, de l’intelligence artificielle, des biotechnologies … je suis dans l’inquiétude si nous ne produisons pas, ensemble, les outils nécessaires et indispensables pour apprendre et comprendre afin de participer le plus longtemps possible entre et avec quatre, cinq générations, dans un monde où nous sommes toujours plus nombreux et plus âgés.

Nous avons quelques préoccupations qui deviennent dangereuses faute de ne pas en avoir anticiper les conséquences possibles. Ce sont des transitions qui deviennent urgentes : climat, pollutions, ressources, territoires, les conflits et guerres … et en même temps les évolutions des relations humaines et avec la nature.

Vaste chantier pour lequel la santé, l’éducation et la formation, le travail qui demeure, pour l’essentiel d’entre nous liberté et dignité … même en situation de retraite, les modes et conditions de vie, les environnements sont des éléments à penser, sans violence, dans les responsabilités de chacun et de tous.

Je vous propose l’une de mes réflexions, qui doit devenir action : un « pôle santé, environnement, société » lieu d’apprentissage par les échanges de savoirs et d’expériences, les partages de projets, d’envies, d’utopies … pour entreprendre un monde de progrès des femmes et des hommes en harmonie avec la nature en équilibre avec toutes sciences et technologies. Merci si vous participez.

Réussir ma vie ! Réussir la vie ? … ce ne pourra être qu’avec vous.

Amitiés à toutes et tous

Pierre

(1) – L’Humanologue N° 4

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Résoudre : *
9 + 18 =